Instagram    Facebook    Pinterest    Twitter

Sport, alimentation: le jour où tout a changé

10 mai 2018

Cela fait des semaines que vous promets cet article. Pourtant il ne m'a pas été facile de tout compiler, de vous parler de tout ce que j'avais en tête. Le sport, l'alimentation, des sujets d'actualité en ce moment, à l'approche de l'été et de la sacro sainte épreuve du maillot de bain.

Dans cet article je vais donc tenter de répondre aux très nombreuses questions que vous me posez régulièrement sur Instagram.


  • Une prise de conscience


Mon téléphone regorge d'un nombre incalculable de photos. Des enfants, des vacances, de la vie de tous les jours, d'évènements presse. Pourtant, même si ce nombre ne cesse de croitre chaque jour, il y a aussi beaucoup de photos que j'ai fait disparaitre. Parce que l'image qu'elles me renvoyaient de moi m'était insupportable. Et le mot n'est pas galvaudé, croyez moi. Longtemps j'ai supprimé, recoupé des photos pour ne plus voir ce ventre, ces fesses.

Pourtant, je n'ai jamais été en surpoids. J'ai la chance d'être grande et le ratio taille-poids ne s'en est donc jamais révélé anormal. Mais chacune de mes deux grossesses a laissé des traces. Bien sur ce n'est pas une surprise puisque ces vingt et vingt deux kilos je les ai pris en toute conscience. Avec toujours une bonne excuse, "oh allez ce n'est pas maintenant que je vais faire un régime", "on verra plus tard", "le gras c'est la vie". Oui mais plus tard justement, lorsqu'on se réveille devant le miroir ça fait mal. Les premiers temps je me suis clairement cherché toutes sortes d'excuses, qui peut être n'en sont pas me direz vous, oui j'avais porté un enfant neuf mois, oui le corps se transforme, oui il faut du temps pour perdre ces kilos etc...



Pourtant chaque matin, chaque été, à chaque moment devant le miroir, le même constat. Ce reflet, cette image, ne me conviennent pas. Ne me conviennent plus.

Alors je fais quoi? Je continue à me détester, à pleurer, à considérer que "tant pis c'est comme ça" et qu'après tout mon mari m'aime comme je suis et que c'est bien là l'essentiel. Mais non.



Il faut agir, il faut que je me reprenne en mains. Un régime? Surement pas! La gourmande que je suis ne le supporterait pas et chacun sait ce que donne un régime (je vous en reparle juste après).

Alors j'ai cherché, je me suis appuyée sur les réseaux sociaux, sur de nombreux comptes "healthy", j'ai acheté des baskets, un abonnement à une salle de sport. J'ai relevé la tête et je me suis dit que le moment était venu. Que j'allais corriger tout ça, que j'en était autant capable qu'une autre, que j'allais surement en baver mais que j'y arriverai. Et j'y suis arrivée.

Il est temps maintenant de vous expliquer comment.

  • Pas de régime!


Au delà du constat "miroir", il m'a aussi fallu faire un constat "assiette". Je ne mangeais pas "mal", mais je mangeais trop, trop riche, trop "réconfortant". Les petits plats en sauce du soir en amoureux devant la télé, les petits gouters pris avec les enfants, le petit morceau de fromage avant le diner parce que j'ai faim, la petite pâtisserie qui fait envie dans la vitrine de cette jolie boulangerie.

Il n'y a pas de mystères: on grossit lorsque la quantité de calories journalières dépasse le seuil normal pour une femme (ou un homme) et que la dépense de calories (l'activité physique donc) n'est pas suffisante. De mon coté elle était quasiment inexistante.

Si l'on peut être très critique à l'égard des réseaux sociaux, sur l'impact qu'ils ont sur nos vies, je dois aussi reconnaitre que ce sont ces mêmes réseaux sociaux qui m'ont servi d'appui pour ce rééquilibrage alimentaire. Ce même appui que j'essaie d'être pour vous lorsque je partage mes photos de plats, mes recettes. Parce que se lancer seul.e n'est pas facile et qu'on n'a pas forcement les idées, l'inspiration pour se cuisiner quelque chose de bon et de sain.



J'ai donc suivi de nombreux comptes Instagram dits "healthy", j'ai puisé l'inspiration qui me manquait et j'ai commencé à cuisiner autrement. D'abord, avec presque plus de viande. Excepté le poulet, toutes les autres viandes ont disparu de mon alimentation. Remplacées par d'autres sources de protéines, par des céréales, des légumes variés, et par des herbes.

Selon son niveau d'activité physique et son âge, une femme a besoin d'un certain nombre de calories chaque jour. Ainsi, entre dix huit et quarante ans, comptez 2000 calories si vous ne pratiquez pas de sport, 2500 si vous êtes sportive.

Le constat était simple, pour perdre du poids il fallait donc abaisser ce seuil de calories journalières.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner est de ne pas faire de régime. Chaque année c'est la même litanie, on nous ressort LE nouveau régime à la mode, l'ultime, celui qui marche vraiment. Et chaque année trop de femmes font le même constat: elles maigrissent, à force de privations lourdes, mais elles reprennent ensuite ce poids perdu. Et même un peu plus.

Votre corps possède une mémoire. Si vous le privez drastiquement il stockera davantage le jour où vous lui apporterez un peu plus de nourriture. Par peur d'être à nouveau privé.

Et comme il a une mémoire il faut donc "casser" ses habitudes. Les conseils alimentaires que j'ai suivis étaient donc clairs: réduire les calories d'accord, mais être capable aussi de récompenser ses efforts. Cette récompense c'est ce qu'on appelle le "cheat meal", le repas de la triche. Celui où on ne compte pas les calories (dans la limite du raisonnable!!), celui où on se fait plaisir, la pizzas du week-end entre amis, la raclette qui réconforte les soirs d'hiver, le fast-food avec les enfants, le brunch du dimanche.



Ce repas est essentiel, parce qu'il va bouleverser l'habitude prise par votre corps tout au long de la semaine et lorsque vous réattaquerez votre période raisonnable, elle n'en sera que plus efficace.

Je vous le disais, pour moi le régime n'est pas la solution. On se prive trop drastiquement, on en devient irritable, on a faim, tout le temps. Il faut vous nourrir, il faut être capable de continuer à vivre normalement sans état de fatigue ou de faiblesse par manque de carburant. Et pour cela il faut que votre corps ait ingéré des aliments utiles et bénéfiques. Ne faites pas l'impasse sur les céréales, le boulgour, le quinoa, les lentilles (vertes, béluga, corail). Associez les à des légumes, champignons, avocat, asperges, patate douce, potiron, épinards frais...

Préférez l'huile de coco à l'huile d'olive ou au beurre, la cuisson au four plutôt que celle à la poêle, une petite sauce au yaourt à la grecque et jus de citron plutôt que la vinaigrette toute faite du supermarché.

Et mettez des herbes, beaucoup d'herbes, pour relever vos plats sans gras et sainement: du basilic, de la coriandre, du persil frais, de la ciboulette. Ces petites herbes magiques vont réveiller vos plats intelligemment et rendre vos repas moins fades.

Dans rééquilibrage alimentaire il y a "équilibre". Je vous renvoie vers l'article que j'avais publié l'année dernière sur ce thème. Apporter de l'équilibre à vos repas, de la mesure, cela commence dès le petit déjeuner. Privilégiez les bowls, ces repas malins qui vous apportent l'énergie nécessaire. Un laitage, un granola maison ou quelques céréales pas trop sucrées et des fruits frais. Un thé et un café et la journée commence.

Pour les petits creux, jetez vous sur les fruits, pas n'importe lesquels. La banane par exemple est un fruit riche et calorique. Préférez lui des pommes (bio, de préférence), une poignée d'amandes ou de noisettes. De quoi tenir jusqu'au prochain repas.

Et gardez toujours en tête que le repas le plus léger doit être celui du soir. Vous dormirez mieux et vous sentirez en bien meilleure forme le matin au réveil.

Mais vous allez vite vous en rendre compte, la correction de votre alimentation ne se suffira pas à elle même. Il faut aussi se bouger, aller chercher ces kilos où ils se cachent. Et pour cela il faut adopter un sport dit "cardio", celui qui va faire grimper votre rythme cardiaque et forcer votre organisme à aller puiser dans ses réserves.

  • Je me mets au sport


Ma famille et mes amis proches vous le diraient mieux que moi: Elodie et le sport ça n'a jamais été une grande histoire d'amour. Mieux que ça même, j'ai toujours été la championne toutes catégories en matière de dispenses de sport à l'école. Par manque de courage surement, par peur du regard des autres aussi sans doute. Je me trouvais nulle en tout, participer à un cours de sport où l'on pourrait voir mes failles c'était tout simplement insupportable.

En me reprenant en mains il y a plus de deux ans, c'était donc aussi pour moi l'occasion de faire table rase de ce passé, de me tourner vers l'avenir, de devenir une autre "moi", de ne plus me soucier du regard des autres à la salle de sport ou à l'aquabiking. Après tout ce n'était plus l'essentiel. Non, l'important c'était de me réconcilier avec mon corps, de sortir de ma zone de confort, de me confronter à autre chose. Et je crois aussi, de me prouver que je pouvais le faire.



Alors j'ai commencé par un abonnement dans une salle de sport, pas des machines mais chaque semaine des cours d'abdos fessiers. Ensuite un abonnement à l'aquabiking dans notre ancien quartier, puis des baskets pour courir. De nombreux tours, de l'endurance, du fractionné.

J'ai fait du sport seule mais j'en ai surtout fait accompagnée. Et c'est là un autre conseil que je peux vous donner: que ce soit pour le rééquilibrage de votre alimentation ou pour le sport, essayez de ne pas être seule. Se battre à deux, savoir qu'on est accompagnée, aide à tenir dans les moments plus difficiles, dans les moments où on se dit qu'on ne va pas y arriver. On échange nos sentiments, nos impressions, nos conseils. Je dois beaucoup à mon mari qui ne m'a jamais lâchée, qui a couru à mes cotés en me disant de ne pas abandonner, qu'il était fier de moi, qui a modifié son alimentation avec moi, qui m'a portée chaque fois que pensais que je n'y arriverais jamais, qui m'a trouvée belle avec ces kilos de trop et qui m'aime de la même manière aujourd'hui. Merci chéri, pour tout.

Et puis il y a mes ami.e.s qui de près ou de loin m'ont soutenue à leur manière. A Thibault qui avait entrepris la même démarche que moi, à Alicia qui était là chaque semaine avec moi à la salle de sport, à ma belle-soeur Elodie qui est venue courir avec moi, à Raphael qui me dispense ses conseils encore aujourd'hui.



Comme je vous le disais plus haut, pour déloger les graisses il vous faudra opter pour un sport "cardio". Cela peut être du vélo, de la boxe, de la natation, de la marche rapide, de la course à pieds...

J'ai choisi de courir. D'abord vraiment dans la douleur, parce que je ne savais pas respirer correctement, parce que j'était trop lourde aussi. Mon podologue m'a appris il y a quelques jours qu'un kilo de trop sur la balance, c'est dix kilos sur les articulations. A cette époque mes genoux me faisaient énormément souffrir, aujourd'hui je comprends mieux pourquoi...

Trois, cinq, six, huit, presque dix kilomètres. Une fois, deux fois, trois fois par semaine. J'ai couru, beaucoup. Et bien sur, vous vous en doutez, j'ai vu les résultats. Assez vite d'ailleurs. Une alimentation plus raisonnée et du sport. Les kilos ont commencé à s'envoler, les petits bourrelets avec. J'ai découvert de quoi j'étais capable, j'ai appris  à aimer le sport. Oui, oui.

Pas seulement grâce à la libération d'endorphine, mais parce que les résultats sont votre meilleur moteur.

Oui ça demande des efforts, oui parfois c'est dur, on a mal, on n'en peut plus. Mais ça paye, on y arrive.

J'ai appris à me coller de vrais coups de pieds aux fesses, à cesser de me chercher des excuses, j'ai couru dans le froid, la pluie. J'ai compris que le corps ne fait pas tout, que c'est le mental qui vous pousse. Que les ressources sont là.

  • Les résultats 


Aujourd'hui, près de trois ans se sont écoulés. J'ai perdu douze kilos. Et je n'en ai repris aucun.

Je suis parvenue à stabiliser mon poids, en maintenant mon alimentation saine et équilibrée. Je ne compte plus les calories, j'ai acquis des réflexes et je sais ce que je peux manger ou pas. Je me fais plaisir, mais j'équilibre au repas suivant. Le barbecue du dimanche midi avec un petit rosé frais? D'accord mais le soir ce sera léger.

Je continue à faire du sport. Avec un plaisir que je n'aurais jamais cru possible.



Je continue à me lancer des défis, je varie les activités sportives. Depuis quelques temps, j'ai mis la course en stand-by pour me consacrer au renforcement musculaire. Vous m'avez souvent demandé quelles applications j'utilisais.

C'est "Results"qui a clairement ma préférence. Je trouve l'application très bien faite, elle vous permet de créer votre propre programme d'entrainement en fonction de vos objectifs. Mais elle vous propose aussi des programmes déjà faits et qui s'adaptent à vous. La dernière séance vous a parue trop difficile, Results adaptera la suivante.

Je fais ces exercices un jour sur deux, auquel j'ajoute des exercices de gainage.

Aujourd'hui j'essaie mes maillots de bain avec plaisir, je porte un regard différent sur ce corps que j'ai réussi à réapprivoiser. J'ai gagné en confiance, j'ai appris à me dépasser.

Je suis fière de moi. Et ça me fait du bien de vous l'écrire.

Parce que je ne me suis pas fixé d'objectifs inatteignables. J'ai juste décidé de devenir la meilleure version de moi même. J'ai décidé de faire la paix avec mon corps en en faisant ce que je souhaitais en faire. En le façonnant pour qu'il devienne l'image que j'avais de lui et de moi.

Et c'est sur ce point que je souhaiterais terminer. Nous n'avons pas toutes les mêmes objectifs, nous n'avons pas toutes le même regard sur notre corps. Ce que j'ai partagé avec vous ici ne reflète que mon sentiment propre et totalement personnel. On peut être heureuse avec quelques petites rondeurs, les avoir apprivoisées. Et je respecte totalement cette idée. Mais on peut aussi ne pas être à l'aise avec son corps, avoir envie d'autre chose.

Si c'est votre cas alors j'espère tout d'abord que ce partage d'expérience vous aura aidé. Ensuite je veux vous dire de croire en vous, de vous appuyer sur ceux qui croient en vous, qui vous donnent la force. Si vous le voulez alors vous le pouvez. Si vous avez ce déclic, cette envie, cette rage, vous y arriverez.

Ne lâchez rien.

Je vous embrasse,

Elodie