Instagram    Facebook    Pinterest    Twitter

Croire en ses rêves

04 avril 2018

Tu as pris une grande décision, celle de changer d’orientation et de suivre le parcours qui te plait réellement. Tu m’en avais déjà un peu parlé lors de notre vol retour du Canada, la filière générale classique ne te correspond pas. C’est en tous cas ce que tu ressens.

Toi ton truc c’est l’équitation. Les chevaux. Depuis que tu es toute petite. Je t’ai connue tu en avais plein ta chambre, des chevaux de tous les styles: en peluches, pour Barbie, même un grand pour monter dessus.

Mais tu n’es pas une mauvais élève, alors tu as cherché toute seule de ton côté et tu l’as trouvé. Le Bac Professionnel qu’il te faut. Celui qui te permet de poursuivre tes études, d’envisager aussi un BTS. Et surtout celui qui t’offre la possibilité de concilier études et passion des chevaux.



J’ai pris rendez vous pour toi au CIO de notre ville, j’ai rencontré une conseillère et j’ai glané le plus d’informations possibles. Je suis ressortie avec une longue liste de lycées. Tous des internats. Nous en avons parlé avec ton Papa, avec toi. On a bien vérifié: non, l’internat ça ne te fait pas peur. Tu es prête à te lancer pourvu que tu puisses préparer ce Bac là.

Alors depuis quelques jours tu prépares des CV, des lettres de motivation. Tu imprimes des dossiers à remplir, tu cherches toutes les informations qu’il te faut. Tu as croisé des gens sur ce parcours qui ne croient peut être pas assez en toi ou en ce projet et dimanche j’ai bien senti que ça te faisait de la peine.

Alors je te l’ai dit, des gens négatifs tu en croiseras toute ta vie. Mais ton parcours sera aussi jalonné de gens positifs et qui te porteront. Appuie toi sur ceux là, sur ceux qui te font avancer et pas sur ceux qui te freinent.

Moi j’y crois. Je sais que lorsqu’on a trouvé sa voie et que l’on fait ce qu’on aime on peut déplacer des montagnes. Ce ne sera pas facile et la filière que tu as choisis sera exigeante. Tu le sais, on en a parlé. Mais si tu es prête à te battre tu y arriveras.

Il faut croire en ses rêves Andréa, se battre pour les réaliser et ne jamais abandonner.



Je t’embrasse,

Elodie