Instagram    Facebook    Pinterest    Twitter

Notre visite au Salon International de l'Agriculture

02 mars 2017

Nous avons passé hier un moment au Salon International de l'Agriculture.

Salon de l'agriculture

Nous n'y étions pas venus depuis de nombreuses années et après cet après midi à déambuler dans les allées je sais désormais que c'était la dernière fois que nous y venions. Je ne souhaite pas soulever ici de quelconques polémiques mais je tiens à vous livrer un avis objectif, mon avis et mon sentiment personnel à l'issue de cette visite.
Je vais peut être m'attirer les foudres de certains, peut être la sympathie d'autres.



Vous dire qu'à mes yeux ce Salon est une jolie et gentille ferme en plein Paris serait plus que réducteur et pas honnête. Car ce n'est pas ce que moi j'y ai vu.

Si je respecte profondément le monde agricole, et tous ceux qui travaillent dur à faire vivre leurs exploitations, ceux qui viennent à la rencontre des visiteurs pour faire partager leur métier et leur passion, il n'en demeure pas moins que la vision de ces animaux souffrant du bruit, de la cohue, de la chaleur et attachés à des barrières métalliques m'a été profondément insupportable.

C'est dit.

Je me suis sentie impuissante devant les questions de mon fils qui m'a demandé si la vache n'avait pas mal avec cette corde et comment elle faisait pour bouger en étant attachée ainsi.

J'ai regardé ces animaux ahuris par la foule et le bruit, j'ai entendu cette éleveuse me dire que ses brebis avaient tellement chaud ici et que c'était difficile.

J'ai écouté cette femme regarder des porcelets et se demander comment ils pouvaient finir dans son assiette. Je lui ai dit qu'il serait peut être mieux de ne plus les manger.

Je ne suis pas une opposante au monde agricole ni aux éleveurs. Je respecte les choix et les convictions de chacun mais j'ai aussi les miennes.

J'ai fait le choix de ne plus manger de viande il y'a plusieurs mois mais je ne suis pas là pour vous dicter une conduite ou une voie à suivre.

Je partage avec vous une opinion et un ressenti. Celui de beaucoup de peine et d'impuissance. Ne vaudrait-il pas mieux aller à la rencontre des animaux et des éleveurs ailleurs? Qu'apprend on d'un animal en le regardant avec 3 ou 4 de se congénères dans un box minuscule?   Quand prendra-t-on en compte le ressenti animal?

La France est une terre de richesses et a énormément à offrir et à partager et je suis fière de cela. Nous avons pris plaisir à goûter de délicieux fromages issus de belles régions françaises, nous avons écouté de la musique Corse, de la musique bretonne. On a goûté des yaourts naturels et sans additifs.         Mais il y a quelques bémols.

Je suis repartie du Salon avec quelques beaux morceaux de fromages de Savoie et la certitude que mes enfants retourneront voir des vaches et des brebis. Dans des prés.